Paul Morlet

Paul Morlet a ouvert sa première boutique de lunettes « toute publique » dans le quartier de la Halle à Paris. Son slogan est : lunettes à moins de 10 minutes et à moins de 10 €. Avec ce slogan, le magasin est toujours plein et rencontre une réussite malgré la pandémie.

Paul Morlet : « lunettes pour tous »

Paul Morlet vient d’une famille ordinaire. Après avoir obtenu le BEP en énergie électricité, il commence sa carrière à la SNCF. Il n’a pas beaucoup d’enthousiasme dans ce travail. Quand il regardait une émission télévisée de poker, il découvrit que les publicités étaient partout et pour tous les produits sauf pour les lunettes.

En 2014, le jeune entrepreneur lyonnais fonde sa première entreprise de publicité et de lunettes personnalisables. Xavier Niel le marque et lui demande une conception de lunettes de vue low-cost faite en Chine et les vend aussitôt dans les magasins. Après, Xavier Niel et Paul Morlet coopèrent en fondant « lunettes pour tous » et ouvrent leur première boutique à Paris. Le concept de « lunettes prêtes à 10 € en 10 minutes » est devenu le slogan de l’entreprise pour l’affichage public. La marque s’installe ensuite à Lyon et ouvre une troisième boutique à Marseille en 2015. En 2018, il y avait 8 magasins dans les grandes villes françaises : Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux, Lille, Nantes, Toulouse et Rennes. L’entreprise réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros. Pour plus d’infos, visitez www.nicematin.com.

Paul Morlet : un jeune entrepreneur courageux

Le jeune Lyonnais a déjà entamé sa deuxième aventure dans la lunette. Après, l’idée est venue dans la tête. Il a utilisé ses 3 000 euros d’économies pour lancer la première paire de lunettes capable d’imprimer des informations. Ce jeune homme sait jouer sur les réseaux sociaux, et le produit devient vite un incontournable, et des célébrités le rejoignent.

En 2014, il s’associe avec Niel. Il fournit des lunettes à prix bas que dans le marché actuel. Ces lunettes coûtent moins cher que les autres vendeurs. Ce jeune homme sait qu’il prend des risques de s’aliéner les opticiens, les mutualistes et les verriers qui dominent le marché des lunettes à succès. Mais, son objectif est avant tout de livrer les lunettes à tous. D’après une étude d’Ipsos, deux millions de Français ont besoin de ce produit et n’ont pas les moyens d’en acheter. La législation de Paul Morlet management : « Plus transparent et plus simple ». Son projet est également porteur d’un réel engagement social. Avec Lunette pour tous, Paul Morlet répond à de vrais besoins, et les Parisiens ne s’y trompent pas. Depuis son apparition au salon « Capital », la marque est victime de son succès.

Des lunettes à prix bas de bonne qualité

Beaucoup de gens ne peuvent pas se permettre des verres à 500 euros. Pour Paul Morlet, on a la possibilité d’acquérir une lunette à prix dix fois moins cher. Pour lui, on peut avoir des lunettes comme toutes les nécessités du quotidien, avec des avantages de qualité supplémentaires. En fait, baisser les prix n’indique pas baisser la qualité ou le produit de mauvaise qualité. Plutôt l’inverse. Il prend en compte la qualité dans ses produits : des professionnels qualifiés, des machines de pointe, des verres et des montures de haute qualité. Sa boutique, son packaging rappellent également le concept Apple, avec une technologie de pointe et une élégance sobre. Il servit l’efficacité.

En plus, Paul Morlet établit un but ambitieux. Il produit 400 paires de lunettes à vendre par jour. D’ailleurs, le plus grand opticien français vend 80 paires actuellement. Le plan des entrepreneurs pour façonner leur image dépend vraiment de la quantité. Son technique est de produire beaucoup de lunettes avec une petite marge. Il investit toutes ses épargnes dans ce projet et compte accroître le concept en ouvrant d’autres magasins en France.

Comment faire Paul Morley pour réussir dans son business ?

Le projet a été entièrement construit par Paul Morley seul, de A jusqu’à Z. Il fait la recherche des fournisseurs et définit les processus industriels. Il conçoit des logiciels et trouve des moyens de vente, des magasins, et même des décorations. Il a tout fait dans l’entreprise, des examens de la vue, vendre et utiliser des machines. C’est très différent des autres entrepreneurs qui débarquent sur le marché et qui ne savent analyser que des fichiers Excel. Les autodidactes ignorent les activités déjà apprises à l’école, comme le marketing ou la négociation. Il a 95 % de chances d’aller trop loin, mais 5 % de chances de faire mieux que les autres, car il se lance avec plus de risques. C’est peut-être la raison pour laquelle certains des plus grands entrepreneurs au monde sont autodidactes.