Epilation au rasoir : les erreurs à éviter avec la lame de rasoir

L’épilation au rasoir est généralement la plus facile, la plus rapide et certainement la moins chère. Attention, cependant, il y a souvent des erreurs que presque tout le monde fait avec la lame de rasoir et, par conséquent, le résultat final pourrait être sérieusement compromis. Quelles sont les erreurs les plus courantes ? Voyons-les ensemble.

L’épilation : un réel besoin

Avec l’arrivée de la saison estivale, tout le monde rêve de porter des jupes, des shorts et des robes cool. Il faut donc éliminer les poils indésirables. Si certaines personnes se tournent vers leur centre de beauté pour une épilation au laser ou à la cire, d’autres choisissent plutôt une méthode traditionnelle, à savoir le rasoir.

Le rasage au rasoir est le moyen le plus rapide et le plus économique d’obtenir des jambes lisses en un rien de temps. Voici cependant ce à quoi il faut faire attention lorsque vous prenez la lame de rasoir.

Ce à quoi il faut faire attention en se rasant

La première chose à laquelle il faut prêter attention est le lieu de l’épilation. Il est bon de toujours préférer la douche. La baignoire, en effet, avec une grande quantité d’eau chaude, contribue à faire gonfler les jambes et, donc, à ne pas avoir la perception correcte de l’épilation.

Sous la douche, en revanche, le rasage est parfait et précis. Toutefois, évitez de vous raser immédiatement mais attendez quelques minutes.

Les pores se dilatent et les cheveux sortent plus facilement.

Le rasage comporte une première phase qui se termine par un gommage. Grâce à ce gommage, vous pouvez éliminer les couches de peau morte et, par conséquent, le rasoir peut glisser plus facilement et agir également sur les poils incarnés. Chaque gommage, cependant, convient à un certain type de peau, c’est pourquoi il est bon d’en choisir un qui convient à votre composition.

Se raser avant d’aller au travail, à la hâte, n’est jamais une bonne idée. Cela ne garantit pas que la peau puisse respirer correctement.

Le choix du rasoir mérite également une attention particulière. N’achetez jamais de lames de rasoir bon marché ou volez-les à votre partenaire ou à votre père. Cet outil, usé ou non, peut être nuisible et ne pas garantir un bon résultat final. Il est donc très important d’avoir un rasoir personnel et de le changer périodiquement, car les lames qui ne sont pas aiguisées ne pourraient qu’irriter la peau et ne pas agir sur les poils. Une fois sec, le rasoir doit toujours être rangé dans son étui.

Faites attention à la fréquence du rasage. Si vous vous rasez quotidiennement, il y a un risque d’irritation. Si la repousse est importante, il est bon de se tourner vers le rasoir électrique ou la cire.

Enfin, il est bon de suivre quelques règles pour l’épilation au rasoir. Afin d’éviter les irritations, il est bon de commencer à suivre le sens du poil. Le deuxième passage peut être effectué à contre-courant, en appliquant toujours une mousse à raser et jamais un gel douche ou un savon.

Comment opérer un rasage en douceur ?

1. Bien préparer sa peau

Rasez-vous de préférence le matin, idéalement un quart d’heure après le réveil. Nettoyez votre peau avec soin pour éliminer l’excès de sébum et les impuretés. Passez de l’eau tiède sur votre visage. Vous pouvez aussi vous raser après la douche, l’eau chaude assouplissant vos poils et votre épiderme.

2. Protéger sa peau

Pour faciliter le passage de la lame, appliquez de manière uniforme une fine couche de mousse ou de gel sur votre peau. Laissez reposer pendant une minute. Votre peau est prête pour le grand saut !

3. Choisir le rasoir qui convient le mieux

L’offre est pléthorique en la matière, et l’innovation est de mise sur le marché des rasoirs. Deux, trois, quatre ou cinq lames, flexibles, vibrations, avec tondeuse intégrée… Difficile de donner une véritable consigne tant le rasage est personnel. Un mot d’ordre : expérimenter tous ces rasoirs pour trouver celui qui vous convient le mieux. Les visages anguleux peuvent apprécier les lames ultra flexibles, les peaux sensibles préférer les dernières innovations technologiques en quatre-cinq lames ou pas ! Le choix est personnel, mais il ne faut pas hésiter à essayer divers produits et bousculer ses habitudes.

4. Des gestes doux

Vérifiez le tranchant de votre lame et n’hésitez pas à en changer dès qu’elle accroche ou tire. Rasez-vous dans le sens du poil pour éviter les irritations. Attention, tous les poils ne poussent pas dans le même sens ! Commencez par les zones les moins sensibles comme les joues ou le cou pour finir par les zones où le poil est plus dur. Effectuez des gestes lents et réguliers.

5. Après le rasage

Rincez abondamment votre visage à l’eau froide pour resserrer les pores de la peau. Pour apaiser et hydrater votre peau, appliquez un baume ou une crème après rasage sans alcool. N’oubliez pas non plus de rincer votre rasoir après chaque utilisation !

Epilation au rasoir : les risques chez la femme

1. Un risque de coupures et micro-blessures

« Le rasoir est un outil muni de lames, et comme avec tout objet tranchant, il y a un risque de blessures : coupures ou lésions de la peau. Et plus la zone est étendue ou fragile, plus le risque de coupure est grand, surtout quand on veut aller trop vite et qu’on ne fait pas très attention ». Ces petites coupures sont mineures, sans gravité et cicatrisent très vite si elles sont immédiatement désinfectées avec de l’eau et du savon. Pour arrêter un saignement, vous pouvez mettre un disque de coton ou un morceau de compresse de gaz sur la plaie préalablement désinfectée, appuyer quelques secondes et mettre un pansement propre si la coupure saigne encore un peu.

Deux zones à risque de coupure : les demi-jambes, surtout au niveau de la cheville et du genou qui présentent des petites protubérances osseuses, et le maillot, une zone où il y a des plis et où la peau est extrêmement fine.

2. Un risque d’infection

« Il y a un risque d’infection si la lésion ou la coupure n’est pas immédiatement désinfectée. Mais le risque d’infection est quand même faible car en général, quand on se rase, on se douche ensuite avec un savon qui va désinfecte la zone lésée. Maintenant, si on se rase en vitesse sans prendre temps de se laver, la zone peut s’infecter et des microbes peuvent proliférer au niveau de la plaie ».

Attention à l’épilation intégrale du maillot « qui va détruire les glandes sébacées au niveau de la zone pubienne. Ces glandes sébacées sont rattachées au poil et sécrètent un film hydrolipidique, qui fait office de barrière de protection contre les bactéries et les infections. Donc si vous enlevez tous les poils, il y a un risque de sécheresse mais également un risque d’infection », informe une dermatologue.

3. Un risque de poils incarnés et de boutons

Les poils incarnés peuvent être favorisés par le rasage ou tout autre technique qui arrache le poil (cire, épilateur électrique, pince à épiler). « En général, un poil normal pousse de manière perpendiculaire à la peau, tandis que le poil incarné pousse de façon horizontale et ne peut pas percer le derme. Cela se produit si la peau est trop épaisse (une peau avec une couche cornée épaisse) ou si elle a repoussé par-dessus le poil. Un rasage dans le sens inverse de la pousse du poil risque de « dégoupiller » la tête du poil et de faire un poil incarné ». Un poil incarné mal pris en charge peut gonfler, rougir, s’infecter et entraîner la formation d’un bouton, avec du pus à l’intérieur.

Les zones privilégiées des poils incarnés sont les demi-jambes et le maillot chez la femme, le visage et le cou chez l’homme.

Le meilleur traitement contre le poil incarné est l’épilation au laser : « le faisceau laser traverse l’épiderme et va le détruire sans blessure, détaille notre interlocutrice. En revanche, si on ne veut/peut pas faire d’épilation laser (poils trop clairs, peaux trop bronzées), on conseille de ne pas toucher aux poils incarnés, mais uniquement d’appliquer une crème émolliente et de réaliser un gommage pour dégoupiller la tête du poil, puis de les laisser partir avec le temps. S’il y a une rougeur ou une petite pustule, on peut éventuellement la percer très délicatement avec une aiguille stérilisée et bien désinfecter la zone ensuite. Mais ce geste nécessite de l’expérience, il n’est pas à la portée de tout le monde ! » Si vous avez une tendance à faire des poils incarnés de manière récurrente, parlez-en à votre dermatologue qui envisagera un traitement adapté.

8 conseils pour éviter les risques

  • Changez la tête de son rasoir régulièrement, en moyenne au bout de 5 à 10 utilisations. Au bout d’un moment, les lames du rasoir sont pleines de peaux mortes, de poils coincés, de savon séché ou de mousse qui sont propices à la prolifération de bactéries.
  • Utilisez un gel, une mousse à raser ou un savon sur-gras pour protéger la peau lors du rasage et bannissez le rasage à sec qui favorise les irritations de la peau et les risques de coupure.
  • Désinfectez bien la zone rasée avec du savon après le rasage et appliquez-y une crème hydratante ou un gel hydratant.
  • Rasez dans le sens de la pousse du poil (pour les demi-jambes par exemple, on rase du genou vers la cheville) pour éviter les irritations et la formation de poils incarnés.
  • Faites un gommage 48 heures après l’épilation. « Faire un gommage immédiatement après le rasage risque d’irriter la peau pouvant être légèrement enflammée par le passage des lames. Après un gommage, on applique toujours une crème hydratante pour renforcer la barrière protectrice de la peau ».
  • Soyez particulièrement vigilante à la zone du maillot qui comporte des plis et des zones difficiles d’accès.
  • Concernant la fréquence du rasage, « il n’y a pas de risque particulier à se raser tous les jours ou tous les deux jours, à partir du moment où on fait bien attention à ne pas se couper, qu’on utilise un savon pendant et après le rasage et qu’on hydrate bien sa peau ensuite », rassure la spécialiste.
  • Pensez aux alternatives au rasoir, comme l’épilation à la cire, à la crème dépilatoire ou au laser par exemple.
Commander des gummies bio en ligne
Arthrose du cheval : guide pratique